J’ai testé pour vous… 7h de train pour Yogjakarta

Coucou tout le monde (et dieu seul sait ho combien ce blog attire les foules). 

Comme vous n’êtes pas sans le savoir, je recherche actuellement un nouvel emploi en Indonésie, ce qui n’est pas facile. Je ferai d’ailleurs à cet effet un petit topo concernant « Comment trouver un boulot dans ce charmant pays » pour tous les petits malins que vous êtes, qui en avez marre de la grisaille. 

Donc dernièrement, j’ai été appelée par une entreprise originalement française, pour rencontrer le manager dans la ville de Yogjakarta, centre de la culture Javanaise. Le manque de chance, c’est qe je souhaitais vraiment me présenter car c’est le meilleur moyen de tisser un lien réel avec les équipes et de faire valoir une candidature. Mais que l’on m’a informée de la tenue de l’interview deux jours seulement avant le moment dit. Pas simple, de booker un billet d’avion en particulier. En plus du coût du billet, il faut compter sur les taxes d’aéroport, sur le transport jusqu’à l’aéroport. 
Parfois, on pense donc à une solution alternative, dans mon cas le train. 

Les trains indonésiens sont de nature diverse, mais ils ont tous un caractère commun: ils sont terriblement lents. Comptez 7h de train pour aller à Yogjakarta. Cependant, on m’avait dit que cela valait le coup de le faire une fois dans sa vie car c’est l’un des trains aux paysages les plus somptueux, qui serpente entre les volcans de Java. 

J’ai donc décidé de tenter l’aventure. J’ai eu la chance d’avoir un voisin de train très sympatique. Etudiant à la faculté d’agriculture de Bogor, il est un brillant jeune homme qui souhaite se tourner dans le futur vers l’agribusiness. Il m’explique de nombreux points concernant l’agriculture sur la route, au détour des plantations de Java. Et puis, comme après mon interview demain, je n’ai pas grand chose à faire, il me propose de passer saluer sa famille et d’assister au Siraman, une partie de la cérémonie de mariage à Java. Ce que je m’empresse d’accepter, ce n’est pas tous les jours que j’ai la possibilité d’avoir de nouveaux amis à Yogjakarta!

Alors, après l’expérience, je me dis que le jeu en valait la chandelle, car j’ai pu me faire un nouvel ami dans le train, mais épuisée physiquement et moralement après mes entretiens, j’étais sacrément contente de retourner en 45 minutes à Jakarta par avion. 

D’autant que le billet de train Jakarta Yogja est deux fois moins cher que le billet d’avion, mais l’inverse n’est pas le cas. 

Photos un peu pourries prises de mon téléphone portable. Désolée. 

ImageImageImage

Tanah Toraja: à la découverte des rizières

Ma seconde journée de voyage m’a permis de découvrir les environs de Rantepao, côté montagne cette fois-ci.

Et les terrasses valaient vraiment le coup. La marche n’est pas aisée et j’ai été contente d’avoir mis mes chaussures montantes pour l’occasion.

Ce qui est assez drôle, c’est que j’ai quand même une indonésienne qui m’a demandé, en voyant la drôle de paire que l’on formait avec John, si je venais en Indonésie pour me trouver un homme. Heu, bah heu, madame, c’est à dire que j’ai pas tout à fait le profil type de la personne qui trouve rien chez elle donc qui vient faire son marché en Indonésie me semble.
A ce moment là, j’ai hésité entre lui dire qu’elle était très impolie, lui rire au nez, où me dire que ma tenue un peu mochisante de voyage est peut-être trop mochisante :D.

16982_564571046901258_1487701272_n

166712_564571133567916_989622476_n

377668_564571153567914_682279799_n

535447_564571056901257_2138930624_n

John, qui a rendu mon voyage un peu extraordinaire

John, qui a rendu mon voyage un peu extraordinaire

P1070320

P1070321

P1070457

Je crapahute

Je crapahute

Tanah Toraja: rituel sacrificiel et business de la mort

A Toraja, le rituel sacrificiel est important car il permet à l’âme du mort d’être en paix et d’accéder au paradis, mais il est également un moment où les 4 castes réaffirment leur statut et où de nombreux emplois plus ou moins lucratifs sont générés.

1: Le sacrifice

John se faisait un peu de souci pour moi: le sacrifice est à la fois une étape importante dans la vie du mort (oui oui, la vie du mort mon bon monsieur), dans la vie de la communauté et il se meut rapidement en animation de village.

58815_564570983567931_733266802_n

487830_564571006901262_797175832_n (1)

Je suis quelqu’un qui a plutôt le coeur accroché, donc j’ai décidé de faire face à la tradition du sacrifice et de regarder. J’ai également tenté de faire fi d’une certaine fascination pour le malsain, car je garde une culture européenne du respect de l’animal.

A Tanah Toraja, ce jour-là, la famille riche et puissante qui organisait la cérémonie avait 18 buffles à sacrifier. Il est intéressant de savoir que les personnes qui abattent d’un simple coup de machette le buffle sont des professionnels qui sont payés environ 10E par tête de buffle abattu.

21658_564570996901263_156089351_n

 

2. Les rites funéraires sont ainsi une manière intéressante de créer de l’activité économique. Lors d’une cérémonie de cette ampleur, la famille doit faire installer des maisons temporaires pour pouvoir accueillir tous les invités. Les maisons sont décorées, installées, et tout cela a un coût. Les musiciens ont un coût. Les gens qui sacrifient les bêtes ont un coût. De grandes cuisines sont installées, et les hommes qui abattent les cochons sont également payés. Ainsi, c’est l’ensemble de la communauté qui bénéficie du rituel de sacrifice.

Les rituels fourmillent de signes, de codes, qu’il m’est impossible de déchiffrer sans l’aide de mon guide. Ce sont les moments où nous avons eu le plus de difficultés de communication, et j’ai hâte de retourner à Toraja totalement bilingue pour comprendre mieux tout ce qui m’a entouré ce jour là.

 

Tanah Toraja: la cérémonie funéraire

 

Lors des rites funéraires, trois jours de fête sont organisés. L’un des instants très rare les plus célèbres est celui de la marche du défunt, et l’on dit partout en Indonésie que les habitants de Toraja peuvent faire marcher les morts.
Je n’ai pu assister à cette partie de la cérémonie, mais je suis venue lors du jour de visite à la famille par les villages environnant. On mesure à Toraja l’importance d’une famille, entre autre, à la qualité de la cérémonie qu’elle va fournir.

Les villages environnant viennent rendre visite à la famille qui reçoit de l’aide et de nombreux cochons en guise de reconnaissance.

Ici, vous voyez le buffle albinos, buffle rare et coûteux dont le prix peut monter jusqu’à plusieurs milliers d’euros. Le buffle sacrifié est ensuite consommé et sa peau est utilisée de multiples manières, comme par exemple pour créer des marionnettes traditionnelles de la région de Yogjakarta.


P1070232P1070253

 

Les femmes se regroupent pour jouer des percussions. 

P1070231

 

Les enfants préparent l’accueil des invités.

P1070239

P1070245

P1070241

6432_564570670234629_1745662138_n

Flirt avec le sublime n°1

 

 

Bonjour tout le monde,

Je voulais juste vous dire que je vais bientôt me lancer dans la rédaction de mon voyage à Yogjakarta. Les billets commenceront à être publiés après la mi-avril. Comme ce voyage commence à dater un peu, je voulais juste vous montrer quelques photos, et puis vous trouverez un article tout beau et tout bien illustré par la suite.

Ici, Prambanan. J’espère que ça vous met l’eau à la bouche.

P1070577

Tanah Toraja: l’arbre des enfants morts

A Tanah Toraja, il est un arbre empreint de poésie gothique. Cet arbre est celui des enfants morts.

En effet, le rituel funéraire est extrêmement important pour les âmes des défunts, mais qu’en est-il des enfants, des nouveau-nés?

Avant l’âge de 6 mois, les enfants qui meurent doivent voir leur corps remis à l’arbre de la vie afin que leurs âmes puissent accéder au paradis. Le dit arbre est extrêmement rare. Il est caractérisé par la sève nourricière abondante qui suinte dès la moindre entaille effectuée dans l’écorce. Ainsi, le nouveau-né est-il remis à l’arbre. Les familles de toutes les castes de la société peuvent faire de même, seule la structure des cordes de l’habitacle du corps seront différents (comptez plus de cordes pour les familles nobles).

P1070291

P1070290