Article (sexué) sur la relation entre milieux d’affaire et SPA en Indonésie

Bonjour tout le monde,

J’écris aujourd’hui ce petit article afin de vous faire part d’une de mes découvertes concernant le monde du droit et des affaires ici en Indonésie.

Bon alors, je veux de suite vous rassurer: je ne suis pas une grande idéaliste, et j’ai arrêté de vivre dans le monde des bisounours depuis un temps certain. Je sais que certaines entreprises ont des pratiques quelques peu douteuses concernant les manières de récompenser les bons et loyaux services des personnes travaillant pour elles. Après, j’avoue avoir été un peu dépassée par l’ampleur du phénomène.

Mais voilà, ma petite aventure d’hier concernant le sujet me donne envie de partager. J’ai pu rencontrer un copain qui est dans un cabinet d’avocat plutôt branché bancaire. Jo, un ami d’Ivor, me parle des salons de massage à Jakarta après avoir entendu mon expérience de fish massage alors que nous buvons un coup à Plaza Senayan.

« Tu sais, ici, c’est compliqué de trouver un salon de massage ou un SPA qui ne propose pas de services… + +.

– Hum, c’est dommage, j’aurais bien été me faire masser les pieds! Tu es déjà allé dans ce genre d’endroit?

– (silence gêné) Hum… C’est un peu compliqué comme histoire. Oui, j’y suis allé, mais je n’ai pas « consommé ». On va dire que vu mon boulot, c’est monnaie courante d’aller dans les SPA.

– Pardon? Tu veux me dire que quand tu es avocat, tu es sensé consommer de la prostituée? C’est pas un brin immoral?

– Tu sais, en général, quand on gagne un procès pour un gros client (et les Chinois sont les champions pour proposer cela), on nous propose toujours d’aller au SPA. J’ai déjà assisté à cela… Je pense que ce n’est pas bon, et je suis content que mon boss n’encourage pas la participation à ce genre de choses, mais parfois, un client peut très mal prendre un refus lorsqu’on est convié à ces évènements… spéciaux. »
Bon, je sais que tout cela est monnaie courante, mais j’ai beaucoup de mal à me figurer comment une femme pourrait se faire une place dans ce genre de milieu. J’imagine mal mes demoiselles juristes créer les mêmes « liens » avec les clients que les hommes peu scrupuleux et parfois sans doute juste entraînés par le mouvement des affaires, la peur de heurter le client etc etc.

En tout cas, Jo me rajoute en soupirant:

 » Ce n’est pas pour rien que le milieu du droit est considéré comme très débauché et plein de pervers sexuels ici ».

Euh, je crois que ce sont les milieux de pouvoir, pas seulement le milieu des avocats.

Publicités

Brève Humour de Juriste

Les juristes, c’est bien connu, ont l’humour le plus décapant et un charisme sans équivalent. Bien sûr, dans ce moments là, vous vous dites que je mens. Peut-être (sûrement). Nous ne sommes pas des marrants, nous sommes de ordonnés rigoureux. Mais franchement, des fois, vous verriez le bureau, vous réviseriez votre jugement hâtif!

Réflexions autour du concept de propriété en Indonésie:

X: « Il y a un billet de 5000 sur la table, ça doit être le tien! »

Y: « Je pensais que c’était le tien, c’est pas ce qu’on t’a ramené pour ton paquet de clopes? »

X: « … Je ne crois pas »

X: « Si la propriété de cet argent n’est revendiqué par personne, alors il sera considéré comme propriété de l’État! Peut-être devrions nous faire quelque chose! »

_______________________________________________________________

Des fois, mener des enquêtes de terrain, c’est bien…

X: « Après 6 mois de travail auprès du client, nous avons découvert que le plaignant revendique une parcelle du terrain de notre client qui n’est pas du tout là où on la croyait être. Elle était sans doute sur la plage fut un temps, maintenant elle est sous la flotte et appartient officiellement à l’État. J’oscille par conséquent entre l’envie de me dire que c’est la plus belle blague juridique de ma vie et l’envie d’égorger ceux qui auraient du se rendre compte de la bourde depuis des mois déjà ».

________________________________________________________________

Utilisation de la jurisprudence en Indonésie (more to come)

X: « Dans un magnifique revirement jurisprudentiel, je décide unilatéralement que nous irons manger à Sarinah.

Y: Boarf tu sais, la jurisprudence, pour ce qu’on en fait ici… »