Etre mannequin en Indonésie

544714_10152748088410085_881051774_n

TIAH n°5 ? Non ! Ou « A quoi ça ressemble d’être mannequin homme indonésien ».

TIAH, c’est pour abréger les maintenant fameuses « Terribles Intéractions Avec les Hommes » qui finiront par faire la réputation de ce blog.

Un jour, j’ai rencontré dans un bar deux jeunes gens très beaux. Une fille et un garçon. Je ne sais plus exactement si je vous ai raconté le détail de notre rencontre, et si je ne l’ai pas fait, il faudra que je vous conte cette histoire extraordinaire. Quoiqu’il en soit, j’étais restée en contact avec le garçon. Et nous avons décidé dernièrement d’aller boire un café ensemble. Né en Allemagne, de père ingénieur et bien éduqué, le jeune homme a une carrière de mannequin, joue dans des spots publicitaires et est également maître de cérémonie.

C’est super intéressant de discuter avec lui de ce business, qui m’est absolument inconnu en Indonésie. A savoir, il est plus simple d’être ici en free-lance pour trouver des contrats, et une personne ne peut pas se permettre d’être uniquement modèle. Il faut être aussi maître de cérémonie pour des évènements comme des rencontres business ou des mariages. Il m’explique qu’il propose surtout ses services pour des évènements dont le public seraient des femmes où lorsqu’il faut parler devant des internationaux. En effet, ici, les mannequins gagnent très peu, et les mannequins locaux sont en compétition avec des mannequins russes et bulgares dont les services sont tarifés au même prix que les mannequins locaux par les agences de mannequinat. Par conséquent, bon nombre de marques préfèrent se tourner vers des internationaux, et les mannequins un peu plus typés chinois sont plus à la mode que les purs javanais.

Ce qu’il aime ? Le basketball, et je suis invitée à venir voir la compétition qui aura lieu, pas très loin de chez moi, d’ici une semaine.

Fait intéressant : « J’aime bien prendre un café seul, m’asseoir à une terrasse, des fois, aller au cinéma seul. Les gens trouvent ça louche, mais j’aime bien ». Et là, tu vois que ses parents ont vécu très longtemps en Europe, car ce type de comportement est presque inexistant en Indonésie.

En tout cas, j’ai été très contente de rencontrer un garçon finalement sans chichi et simple, qui pourrait devenir un bon copain. PS: et oui, il se cache parmis les garçons de la photo ci-dessus.

Publicités

Histoire extraordinaire: Diner au Dharmawangsa

Bonjour,

Hier je suis allée diner au Dharmawangsa, l’hôtel le plus luxueux de la ville. J’ai eu la chance d’être invitée pour un dinner gastronomique indonésien, préparé par le chef Vindex Tengker, qui m’a fait grande impression.
Le concept de la soirée était d’organiser un tasting avec seulement des vins pétillants chiliens, couplés avec la nourriture indonésienne extraordinaire de Vindex. Je m’en veux terriblement de ne pas avoir pris de photos des plats.

Pendant la soirée, j’ai pu parler avec le sommelier Vidi. Oui, son nom c’est Vidi. Il a deux frères et soeurs qui s’appellent quant à eux Vini et Vici. Ce n’est pas une blague. Nous avons tenté sans succès de l’entraîner avec nous sur la fin de la soirée dans un très beau bar. J’aurais voulu en savoir plus concernant ses parents, qui pour sûr, ont un grand sens de l’humour.

Le menu, malheureusement un peu froissé dans mon sac: des fruits de mer, du poisson, du boeuf, un extraordinaire dessert et des mignardises

Le menu, malheureusement un peu froissé dans mon sac: des fruits de mer, du poisson, du boeuf, un extraordinaire dessert et des mignardises

P1080162

P1080164

P1080165

P1080167

L’Indonésie a changé mes comportements de beauté

Bonjour tout le monde!

J’espère que vous allez bien!

Vous ne le savez peut-être pas, mais je suis très assiduement un blog beauté de A French Beauty Addict in London, qui, il y a quelques temps, avait rédigé un article très intéressant sur le changement de ses habitudes beauté depuis qu’elle vit au Royaume-Uni. Je vous recommande vivement de faire un tour sur son blog qui est une mine d’information concernant le marché de la beauté en Angleterre, présenté de manière simple, professionnelle, avec de très belles photos: http://afrenchbeautyaddictinlondon.com/2013/03/25/bilan-beaute-londres/

En la lisant, je me suis rendue compte que je vivais le même type de changement, et que ce serait vraiment drôle de vous en parler. Donc, je ne sais pas si tu liras ce billet French Beauty, mais

En Indonésie, mon style a connu un changement radical:

  • Vers des talons toujours plus hauts

L’Indonésie, c’est le bastion de la chaussure à hauts talons pour la classe très aisée indonésienne. On trouve tout ce à quoi on peut rêver ici, de Christian Louboutin à YSL. Je vous avais déjà parlé de la place des centres commerciaux dans la vie des indonésiens, comme lieu de socialisation, d’échange et également comme poche de liberté où l’on porte ce que l’on veut comme vêtements et comme chaussures. Même si les chinoises indonésiennes sont de plus grandes consommatrices de chaussures à talons, les indonésiennes musulmanes javanaises ne sont pas en reste de ce côté là.

Et quand je vous parle de talons hauts, sachez qu’on est beaucoup plus sur de la plateforme et du talon de 10cm que sur du 4cm à la française.

Photo pour illustrer?

Des talons au hasard dans le centre commercial

Des talons au hasard dans le centre commercial

  • Adieu les décolletés, bonjour les jambes à l’air

C’était déjà assez vrai concernant mes habitudes en France, mais mon arrivée en Indonésie n’a fait qu’amplifier cela: ici, comme dans tous les pays d’Asie, la poitrine est particulièrement érotisée et on ne doit la montrer sous aucun pretexte. Je me permets parfois, très rarement, un petit décolleté si je suis en blaser, mais jamais pour le travail et uniquement pour les sorties nocturnes.

Cependant ici, on peut avoir très facilement une robe très courte, sans que cela ne pose le moindre problème. Ainsi, j’ai ici porté des tenues particulièrement courtes, fait amplifié par le fait que les talons sont de plus en plus hauts. Je ne passe pas spécialement inaperçue car je suis une grande gigue, mais cependant, je ne détonne pas particulièrement par rapport à mes homologue noctambules indonésiennes.

P1080157

  • Le plein de couleurs

En Indonésie, on porte toutes les couleurs existantes. Le teint des Indonésiennes permet très facilement de porter les couleurs les plus flash, et la beauté est loin d’être une beauté naturelle à la française où un coup de mascara et un rouge à lèvres neutre est considéré comme le summum de la sophistication. Ici, on porte des rouge à lèvres foncés, colorés, les chaussures sont parfois brillantes avec de belles couleurs vives, les vêtements, du hijab jusqu’aux soutien gorge en passant par les robes de luxe sont vertes, roses, jaunes, bleu royal. Je porte beaucoup plus de rouges à lèvres de couleur, également parce que je pense être assez en dehors de la société pour de toute manière ne pas être jugée.

Et je ne pensais jamais en arriver jusque là, mais maintenant je saute sur des blazers roses ou jaunes. Je crois qu’un petit avant/après serait ici particulièrement approprié. Mais comme j’ai la flemme… je vous présente mes dernières eccentricités en termes de coiffure.

P1080146

  • Ressembler à une française: vers plus d’élégance

Ici, j’ai pu sortir mes plus belles robes, mes vêtements les plus sophistiqués. Ils restent sophistiqués, certes, mais je n’aurai pu que les porter à un bal en France, et ici, je les porte pour les occasions en soirée, comme je dine beaucoup en dehors de chez moi.

Mais ici, on attend de moi ce type de sophistication à la française. J’aime à le répéter à mes amis: ici, je me market comme française, je suis proche des milieux des produits gastronomiques français, je dois coller à l’étiquette. Normalement, ce type de contrainte ne me plait pas, mais ici, j’aime me plier aux règles du jeu, pour parfois aller trop loin.

  • Encore moins de parfum

Le climat absolument terrifiant de lourdeur de l’Indonésie ne m’incite pas particulièrement à augmenter ma consommation de parfums. Beaucoup d’Indonésiennes en portent cependant, mais moi pas. Les odeurs tournent plus rapidement, et je suis très sensible à ces détails. De plus, j’ai toujours eu du mal à cumuler les odeurs: mon fond de teint a une odeur, mon mascara une autre odeur, mon rouge à lèvre une énième odeur… A la fin, ça fait juste trop pour moi.

  • Se maquiller de saison?

Mais voyons!! Ici il n’y a pas de saison. Donc j’oscille selon les envies, en misant plutôt sur les maquillages plus légers au vue de la chaleur.

P1080152

Tanah Toraja: rituel sacrificiel et business de la mort

A Toraja, le rituel sacrificiel est important car il permet à l’âme du mort d’être en paix et d’accéder au paradis, mais il est également un moment où les 4 castes réaffirment leur statut et où de nombreux emplois plus ou moins lucratifs sont générés.

1: Le sacrifice

John se faisait un peu de souci pour moi: le sacrifice est à la fois une étape importante dans la vie du mort (oui oui, la vie du mort mon bon monsieur), dans la vie de la communauté et il se meut rapidement en animation de village.

58815_564570983567931_733266802_n

487830_564571006901262_797175832_n (1)

Je suis quelqu’un qui a plutôt le coeur accroché, donc j’ai décidé de faire face à la tradition du sacrifice et de regarder. J’ai également tenté de faire fi d’une certaine fascination pour le malsain, car je garde une culture européenne du respect de l’animal.

A Tanah Toraja, ce jour-là, la famille riche et puissante qui organisait la cérémonie avait 18 buffles à sacrifier. Il est intéressant de savoir que les personnes qui abattent d’un simple coup de machette le buffle sont des professionnels qui sont payés environ 10E par tête de buffle abattu.

21658_564570996901263_156089351_n

 

2. Les rites funéraires sont ainsi une manière intéressante de créer de l’activité économique. Lors d’une cérémonie de cette ampleur, la famille doit faire installer des maisons temporaires pour pouvoir accueillir tous les invités. Les maisons sont décorées, installées, et tout cela a un coût. Les musiciens ont un coût. Les gens qui sacrifient les bêtes ont un coût. De grandes cuisines sont installées, et les hommes qui abattent les cochons sont également payés. Ainsi, c’est l’ensemble de la communauté qui bénéficie du rituel de sacrifice.

Les rituels fourmillent de signes, de codes, qu’il m’est impossible de déchiffrer sans l’aide de mon guide. Ce sont les moments où nous avons eu le plus de difficultés de communication, et j’ai hâte de retourner à Toraja totalement bilingue pour comprendre mieux tout ce qui m’a entouré ce jour là.

 

Tanah Toraja: la cérémonie funéraire

 

Lors des rites funéraires, trois jours de fête sont organisés. L’un des instants très rare les plus célèbres est celui de la marche du défunt, et l’on dit partout en Indonésie que les habitants de Toraja peuvent faire marcher les morts.
Je n’ai pu assister à cette partie de la cérémonie, mais je suis venue lors du jour de visite à la famille par les villages environnant. On mesure à Toraja l’importance d’une famille, entre autre, à la qualité de la cérémonie qu’elle va fournir.

Les villages environnant viennent rendre visite à la famille qui reçoit de l’aide et de nombreux cochons en guise de reconnaissance.

Ici, vous voyez le buffle albinos, buffle rare et coûteux dont le prix peut monter jusqu’à plusieurs milliers d’euros. Le buffle sacrifié est ensuite consommé et sa peau est utilisée de multiples manières, comme par exemple pour créer des marionnettes traditionnelles de la région de Yogjakarta.


P1070232P1070253

 

Les femmes se regroupent pour jouer des percussions. 

P1070231

 

Les enfants préparent l’accueil des invités.

P1070239

P1070245

P1070241

6432_564570670234629_1745662138_n

Tanah Toraja: l’arbre des enfants morts

A Tanah Toraja, il est un arbre empreint de poésie gothique. Cet arbre est celui des enfants morts.

En effet, le rituel funéraire est extrêmement important pour les âmes des défunts, mais qu’en est-il des enfants, des nouveau-nés?

Avant l’âge de 6 mois, les enfants qui meurent doivent voir leur corps remis à l’arbre de la vie afin que leurs âmes puissent accéder au paradis. Le dit arbre est extrêmement rare. Il est caractérisé par la sève nourricière abondante qui suinte dès la moindre entaille effectuée dans l’écorce. Ainsi, le nouveau-né est-il remis à l’arbre. Les familles de toutes les castes de la société peuvent faire de même, seule la structure des cordes de l’habitacle du corps seront différents (comptez plus de cordes pour les familles nobles).

P1070291

P1070290

Tanah Toraja: la maison traditionnelle

Bonjour!

Retour à Toraja après un énième billet sur mes déboires personnels.

Je vais ici m’attarder sur la place de la maison traditionnelle dans la société, sa signification, sources: mon guide.

Lorsque je suis arrivée à Riana Guesthouse, un jeune guide (John) parlant un peu français m’a proposé de me faire visiter à la journée Tanah Toraja. Son français était moyen, mais me débrouillant en Bahasa, je me suis dit qu’on devrait parvenir à s’en sortir avec les deux langues. Nous nous sommes déplacés en moto.

N’hésitez pas à écrire un commentaire et nous pourrons discuter un peu si vous avez eu des explications divergentes concernant la maison à Toraja. Sachez de plus que je vais développer sur Toraja, car je veux garder une trace écrite de tout cela, et également car j’ai peiné à trouver sur internet des informations culturelles de qualité concernant la région.

Voici le type d’assortiment de maisons que l’on peut trouver à Toraja, ici Ke’ Te’ Kesu.  Ke’ Te’ Kesu est l’un des ensembles de maisons originales qui a été le mieux conservé dans la région. Comptez 2e/personne pour rentrer si je me souviens bien.


P1070199

P1070285


P1070204

 

Tanah Toraja possède un art à part entière, qui tourne autour du bois sculpté en particulier. Chaque signe dans le bois possède un symbole, comme la corne de buffle. Les quatre couleurs utilisées sont le blanc pour la pureté, le noir pour la mort, le rouge pour la bravoure et le jaune ocre pour l’abondance.

P1070206

P1070208

Concernant le positionnement des maisons à proprement parler, il faut savoir que la maison traditionnelle à Toraja fait toujours face à un grenier (photo ci-dessous maison à droite et grenier à gauche). De ce fait, les ensembles de maison ont toujours cette forme très traditionnelle d’arche formée par la maison et son grenier.

P1070209

 

P1070271

 

La maison à Tanah Toraja a toujours 3 étages. Le premier est l’étage des buffles. Tanah Toraja laisse une très grande place dans sa culture aux buffles qui sont des animaux sacrés qui permettent, lors des sacrifices rituels, que les âmes des défunts n’accèdent au paradis.

Le second étage est celui des vivants, hommes, femmes, enfants, invités, mais également des morts. La mort en pays Toraja, est un évènement qui est considéré de la même manière que la maladie. Le défunt est soigné dans la maison et il est préparé à son voyage dans la mort au sein même de la communauté des vivants.

Enfin, le dernier étage est celui des chats. Le chat est le seul animal qui n’est pas consommé à Tanah Toraja. L’une des croyances principales veut qu’un chat noir soit gage de bonne fortune. Par conséquent, vous trouverez du chien, du cochon et du buffle dans les restaurants, mais pas du tout de chat. J’en viens à penser que ces derniers ont enclenché une conquête de la planète depuis maintenant un sacré nombre de centaines d’années.

Voilà, ce premier petit tour de Toraja vous aura plu, j’espère. A très bientôt pour plus d’informations!

P1070281