Quelques pensées concernant Bali

Après quelques jours de repos à Bali, où je n’ai rien fait d’autre qu’un peu de surf, rédiger mon mémoire et régler des problèmes de logistique de voyage et d’assurance, me voilà enfin réellement sur la route. Oui, parce que, qu’on se le dise, Bali n’est plus tout a fait associé à la découverte me concernant comme j’ai déjà passé un mois complet sur l’île il y a un an. Quand je vais quelque part, je sais dans quel hôtel séjourner, dans quel hôtel manger selon ce que je souhaite dépenser. J’ai eu la chance de mieux découvrir le sud car j’avais l’habitude de rester sur Kuta et plus au nord vers Seminyak. J’ai bu du thé dans des endroits charmants, mangé des plats savoureux sur la plage en débouchant une bouteille achetée dans un très beau retail local.
Je me rends compte que le marché balinais m’échappe encore, car il est pour le moment inscrit dans ma tête comme un marché de l’éphémère se mouvant au gré des vagues des touristes. Et pourtant, particulièrement impacté par les réseaux sociaux, le tourisme s’affranchit ici des avis des guides renommés pour ne garder que l’essentiel: l’avis du consommateur. Et si la compétition fait rage, les établissements parvenant à afficher une qualité de prestations stable se construisent un nom et attirent les populations saisonières, les expatriés et les touristes.
Certains endroits que j’ai pu découvrir étaient grandioses, même au regard des normes jakartanaises auxquelles je suis accoutumée. Je pense à Potatoe Head, à W, et à tous ces endroits magnifiques qui rivalisent tant par leur glamour que par leur démesure.
Je crois que dans un climat aussi concurrentiel que le climat balinais des affaires, un positionnement et une différenciation très précise doit être effectuée, pour permettre de se distinguer. Mais encore plus important, un restaurant ne peut pas se permettre une fausse note, surtout au niveau de la qualité de la nourriture et du service. Le facteur emplacement semble pour moi moins crucial qu’à Jakarta, qui est un casse-tête pour celui qui déciderait de s’installer dans un mall. Ici, à Bali, les gens sont motorisés, ils sont habitués à se déplacer, et la structure des malls est bien moins prépondérante (ici, l’installation dans un mall me parait clairement défavorable de par les coûts fixes trop importants induits (sauf exception) ).
Je me pose aussi d’assez nombreuses questions concernant l’importance du brand building dans un endroit comme Bali. J’ose imaginer que les touristes constituent plus de 70% du marché pour certains produits « occidentalisés », et je ne sais pas jusqu’où une entreprise doit investir dans du brand building concernant ces populations flottantes et éphémères.
Enfin, même en vacances, je ne suis pas certaine de réellement décrocher.
Bientôt des photos, mais là, désolée, j’ai un vol à prendre pour Bornéo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s