Yu Yan, la Française qui parle chinois

Nous sommes en Janvier maintenant, et j’entame mi-figue mi-raisin la nouvelle année. En pianotant sur mon PC, je réfléchis à ce que je pourrai vous raconter concernant l’Indonésie. Je me souviens d’un épisode un peu extraordinaire de ma carrière qui vaut le détour. Oui, ma carrière est toute fraîche, mais j’ai pourtant quelques anecdotes surprenantes à partager. Dans le cadre de mon travail, je suis amenée à fréquenter des Indonésiens ayant de bien belles entreprises.  Et des passions coûteuses, comme les grands crus ou le cognac. Un jour, je suis allée me joindre à un évènement dans un grand hôtel de la ville, avec une association professionnelle assez importante. L’idée : introniser des membres honorifiques de l’association, qui ont, bien entendu, amené bon nombre de bouteilles afin d’effectuer leur promotion. Ça tombe bien, j’aime quand les tables sont recouvertes de verres de dégustation. La petite particularité de cette soirée tient à sa fréquentation : chefs d’entreprises et de grands groupes indonésiens, il semblerait que la plupart des gens parlent ici chinois. Ce qui signifie deux choses : ces personnes, en plus d’être indonésiennes d’origine chinoise, sont également assez âgées. En effet, il est à noter que les indonésiens d’origine chinoise constituent l’une des minorités indonésiennes les plus connues. Bon nombres de bruits courent à leur sujet : ils sont toujours chrétiens, souvent riches, et aux yeux des plus musulmans, ils mangent beaucoup trop de cochon pour être fréquentables. Cependant, bon nombre d’idées concernant les indonésiens d’origine chinoise sont erronées. Il faut en effet souligner que de nombreuses populations pauvres du nord de Jakarta sont d’origine chinoise. C’est aussi assez drôle de voir que les indonésiens d’origine chinoise sont de moins en moins nombreux à parler le chinois. Ce phénomène est dû non seulement  à l’interdiction de la pratique de la langue par Suharto, mais également à l’intégration de plus en plus nette des « chinois » dans la société indonésienne. Par conséquent, les jeunes de moins de 40 ans ne parlent pas un mot de la langue de Confucius. Ce qui me fait revenir à cette fameuse soirée, où tous les chinois indonésiens étaient le stéréotype de l’Indonésien d’origine chinoise âgé et fortuné. Très rapidement, en parlant en mandarin avec les gens, j’ai été désignée comme « Yu Yan, la française qui parle chinois ». C’était assez drôle de pouvoir discuter assez librement avec des gens dans une langue qui n’était pas partagée par mes partenaires principaux de la soirée.

Publicités

Une réflexion sur “Yu Yan, la Française qui parle chinois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s