Ragoût japonais pas trop de saison…

Ça mijote dans le saké et le soja

 

Mes japonaiseries n’en finissent pas. Dans la recette originale, pas de racine de lotus, mais l’ajout a permis d’insuffler un peu de croquant dans le ragoût.

 

Une soirée ambiance japonaise, j’ai même terminé mon livre de Murakami

 

Publicités

Dernier jour à Batu Putih: les dauphins

Départ au lever du soleil

Nous avons entendu dire qu’il y a des dauphins dans la zone de Batu Putih. C’est avec les pêcheurs qu’il faut discuter directement du prix d’une visite. Nous avons pu partir avec le très gentil couple français rencontré (Gilles, Fabienne, si vous passez par là, j’espère que votre voyages’est bien passé!) pour 400 000Rp. Et dauphins il y avait comme un groupe d’environ 100 individus se nourrit dans la baie. Mais pour les voir, il faut se lever tôt!

Un peu plus tard…

Les voilà enfin!

Back to Batu Putih!

Mon engouement soudain pour…

La cuisine japonaise!

Elle est un refuge pour moi ici, car on trouve pas mal de choses pour cuisiner japonais dans les magasins d’import et puis cela me permet de vivre avec beaucoup moins d’huile de palme dans mon assiette, ce qui ne me déplaît pas. Ici, on mange trop de gras, trop de sucre, tous les jours j’ai un truc trop gras ou trop sucré dans mon assiette et ce n’est pas terrible…

Bon bien sûr, je n’ai pas le moindre espoir de trouver certains éléments essentiels qu’il me manque, comme de la bonite séchée, certaines algues ou encore du miso. Très con car ces trois ingrédients sont primordiaux pour faire de bonnes soupes.

 

Boulettes de poulet au gingembre avec des pois gourmands, le tout avec une succulente sauce réduite au mirin, soya et saké

Batuputih: visite de la réserve de Tankoko

Pour voir des animaux, il faut se lever tôt… à 4h du matin, où être prêt à sauter dans un pick-up la nuit pour aller voir un animal en particulier.

Ce fut le cas pour aller voir les tarentules, qui ne chassent que la nuit. Pour le reste, nous avons tout vu vers 5h du matin et notre marche a duré environ 4h. Cependant, le parc est très facile: pas de boue, pas trop de pente et pas un moustique à l’horizon. Batuputih est célèbre pour ses Tarsius… Je vous laisse découvrir les images.

Tarentule chassant de nuit

 

L’arbre à Tarsius

 

Un Tarsius revenant de la chasse

 

La forêt

Un Toucan

 

Woody!

 

Les macaques à crête noire sont impressionnant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En route pour Batuputih (le village)

Pour terminer notre court séjour à Sulawesi Nord, nous avons eu envie de voir un peu de forêt. A 3h de Tomohon se situe le parc de Tangkoko, qui est l’un des plus accessibles d’Indonésie. C’est un calme village de pêcheur. Par contre, petite galère pour le déplacement comme il faut changer environ 6 fois de transport, attendre que des bus se remplissent, prendre des pick-up…

Nous avons trouvé un logement pas cher, 200 000Rp pour deux tout inclus.

Batuputih a une plage volcanique de sable noir au gros grain assez impressionnante. Les enfants sont ravis de rencontrer des étrangers. Nous pouvons profiter d’une vie simple et peu coûteuse tout en planifiant la suite. Nous allons faire un tour les jours prochains dans le parc national pour y voir les animaux peuplant la forêt. Le lendemain matin, nous irons sans doute voir les dauphins qui chassent dans la baie, à 1h de bateau.

Voyager un peu me permet de me rendre compte que j’aime les voyages à rythme assez lent. Cela ne me dérange absolument pas de passer un après-midi dans un hamac à lire et à faire de l’Indonésien, alors que mon cher trépigne et ne parvient pas à imaginer qu’il pourrait peut-être ne rien faire. En même temps, il vient de loin et a déjà eu quelques vacances, alors que j’arrive un peu cassée dans un endroit pas si loin de chez moi.

Plage de sable noir

Porcelets jouant

My favorite models…

Le village

Les filets des pêcheurs

 

 

 

Tomohon! (Danau Tondano) Sulawesi Nord

Nous avons décidé, ce dimanche, soi le lendemain de notre arrivée à Tomohon, d’aller visiter le plus grand lac de la région, le lac de Tondano. C’est dimanche, et je n’ai plus l’habitude de devoir faire attention aux jours d’ouverture des magasins. Nous sommes en territoire catholiques, et tout le monde est à la messe le lundi matin, sauf les minorités musulmanes.

Mais surtout, il y a moins de transports. Pour aller à Tondano, il faut dans un premier temps prendre un mikrolet (petit bus) jusqu’au terminal de Tomohon, puis prendre un mikrolet pour Tondano, puis prendre un mikrolet pour Ramboken. Mais voilà, aujourd’hui, il n’y a pas de mikrolet pour Ramboken.

Arrivés à Tondano, nous avons malheureusement très peu de possibilités pour nous rendre au lac, nous devons attendre que quelqu’un nous prenne en pitié. Le chauffeur de mikrolet dans lequel nous entrons demande aux autres passagers si cela les dérange s’il fait un détour par le lac pour nous déposer.

 

 

 

 

Il semble cependant que dans la région, le temps se couvre très rapidement. Après avoir mangé au restaurant, vers 15h30, il n’y a personne pour nous ramener vers Tondano. Nous devons faire du stop. C’est donc un pick up qui aura eu l’obligeance de nous aider.

 

Effrayer les oiseaux, chacun sa solution…

Tomohon! (le marché) Sulawesi Nord

Tomohon et la région de Manado sont connus pour leurs marchés hors du commun. En plus d’y trouver toutes les denrées constituant la nourriture Minahasa de base (très pimentée) on y trouve aussi des biens assez peu communs en Indonésie. Du chien, du serpent… Les Minahasa, en plus d’être très catholiques et très liés aux Néerlandais dans l’histoire colonialiste du pays, sont friands de chien et de porc. Je vous laisse découvrir quelques images du marché.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.