Un petit air de Perdido Street Station…

Il y a les rues, d’asphalte et de poussière, qui se glissent comme de noirs serpents entre les immeubles. Il y a les ponts bétonnés qui élancent leur jambe unique par-dessus les trop grandes avenues. Il y a l’eau qui roule sans se presser sous les ponts, en silence. On la sent plus qu’on ne l’entend. Elle charrie les rejets de vie, les sacs de plastique et les cadavres d’oiseaux.  L’orage gronde et l’eau se déverse sur la ville et ses sombres artères, lavant de sa crasse le corps meurtri de la cité. Au loin, les lumières des grands buildings. Les étoiles ont été remplacées par le scintillement jaunâtre des lampes, et les immenses tours scrutent, de leurs yeux aveugles, la vie qui se déverse bruyamment à leurs pieds. Le vent fait bruisser les larges feuilles des palmiers tandis que le crachotement chaotique des moteurs envahi la torpeur de la nuit. Ici, tout est son, discordance des accords et rythmique effrénée, et sans fin, la partition se déroule, roule, coule, sans fin.

 

Sur mon épaule droite, le poids de la journée. Il est bientôt 4h. Nous roulons, imperturbables malgré l’orage. Mes cheveux dégouttent et le tissu collant de mon sarouel enserre mes cuisses. Il y a eu la soirée, les rires d’une jeunesse dorée, l’alcool, beaucoup d’alcool, trop d’alcool. Partout, sur les murs, dans les verres, dans les rires des filles qui pour un soir veulent être reines. Les corps bougent sans fin sur les beats, dans la lumière des spots violets, dans les vapeurs incendiaires des rêves d’une nuit interminable.

Mais il y a aussi le vieillard qui dort sur le bitume refroidi par la pluie. L’enfant qui secoue la manche pendante pour quémander une pièce. Les masures de tôle. Elles se détachent de l’encre de la nuit comme de petites dents usées et noirâtres.

 

J’emplis mes poumons d’air froid. La pluie ruisselle sur mon visage. Je m’enfonce plus loin dans la nuit. La ville me happe de son tentacule poisseux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s