Mes aventures extension de visa socio culturel en Indonésie

Bonjour tout le monde!

Désolée pour le peu de nouvelle de ces derniers jours, mais comme vous le savez (car vous êtes ma famille et mes amis proches), j’ai eu quelques semaines très mouvementées.
Quoiqu’il en soit, je tenais à vous raconter mon aventure pour faire étendre mon visa, comme ça vous pourrez un peu partager ma douleur.

Je suis en Indonésie en stage, je bénéficie donc d’un visa de 2 mois renouvelable 3 fois. Or, comme vous vous en doutez, y’a bien un moment où il faut que j’effectue l’extension de visa.

Déjà, parlons un peu de la prise d’informations préliminaires. L’embrouille commence, je vous préviens. Impossible de joindre l’immigration. Heureusement pour moi, l’Ambassade de France est particulièrement compétente et je me fais expliquer que je dois me rendre au bureau de l’immigration dont dépend mon bureau. Mon bureau étant dans Jakarta Barat, je dois donc me rendre à l’office de Jakarta Barat. Mais voilà, l’office est totalement au nord de la ville, dans la vieille ville de Kota. Impossible de joindre ce bureau par téléphone, par conséquent, je prends mon passeport, une lettre de sponsor (arrachée de justesse à mes collègues qui ne se rendent pas bien compte de ma situation un peu compliquée) et je vais gaiment à Kota.

Début des opérations: le 10 juin

Coût du transport: 5E par ojek, c’est loin et c’est l’heure des bouchons.

J’arrive à Kota, direction l’immigration, c’est bondé, et… personne ne parle anglais. Je suis obligée de téléphoner à mes collègues à chaque étape de ma démarche pour être bien certaine des formalités.

Coût du dossier vide: 50c

Une fois parvenue au comptoir, on me dit qu’il me faut des photocopies de mon passeport. Bien sûr, comme il n’y a aucune information sur un site, je n’en ai pas, je vais donc poireauter pendant 45 minutes pour faire des photocopies dans un endroit où 30 personnes attendent pour une seule photocopieuse, sinon, c’est pas drôle.

Coût des photocopies: 50c

Me revoilà au comptoir, oui mais mademoiselle, votre lettre de sponsor ne va pas, et il nous faut la photocopie de la pièce d’identité de votre patron.

Je repars donc bredouiller de l’immigration. Mais je m’y attendais, je m’étais bien préparée psychologiquement.

Retour en ojek, il m’avait dit 4e le retour, ce voleur tape un scandale à l’arrivée pour que je lui paye 12E. Je le traite de voleur, lui fait remarquer qu’il ne m’a jamais indiqué ce prix. Mais voilà, les gens s’attroupent, je n’ai pas vraiment le choix, je négocie 10E et je laisse cette racaille repartir dans son trou pourri de Kota.

Coût de l’arnaque: 10E

Je fais donc refaire la lettre en Indonésien avec des informations supplémentaires, et je retourne au bureau lundi 13.

2e voyage: 13 juin

Je dépose les papiers. Mais il manque des photos. Cela ne fait rien, il faut juste que vous reveniez le 15 pour les déposer et payer votre visa. Vous reviendrez aussi le 16 pour récupérer votre passeport. Déception.

Coût de la déception: 5e pour manger un muesli aux fruits frais au café Batavia. Oui, quand je suis déçue, je mange.

Coût du retour: j’ai voulu éviter l’ojek à tout prix, j’ai pris le transjakarta de Kota jusqu’à Harmoni, changement à Harmoni vers Indosiar, prise d’angkot à Indosiar jusqu’à un coin paumé, puis deuxième angkot jusqu’a Kembangan Selatan, puis taxi Blue Bird, coût 2E, temps 3h.

Maintenant, il me faut des photos sur fond rouge, il faut donc que j’aille au studio photographique.

Coût des photos: 3E , temps d’attente estimée: 3h.

Ce soir, c’est le 14 juin, demain, je retourne à Kota, par angkot car de chez moi c’est direct et ça ne coûte rien.

Coût estimé du visa: 50E

Coût estimé des prochains transports: 10E si je ne me fais pas avoir.

Coût total: 4 matinées, soit 2 jours de travail, à peu près 80E… Heureusement que je pars à Singapour pour passer en visa touriste, ça sera beaucoup moins long et pas bien plus cher!

Publicités