Brève corrompue

Bonjour à tous!

J’espère que vous allez bien, désolée pour ces quelques jours de vide bloggeur, malheureusement, ma vie a été un peu désertique.

Aujourd’hui, je vais vous faire une brève galères administratives en pays en voie de développement, parce que je suis sûre que ça va vous faire voir la France sous un autre angle.

Mardi, donc, Jerry a demandé au Boss si je pouvais l’accompagner au bureau gouvernemental en charge des enregistrements de dossiers d’investissements, le BKPM si je ne m’abuse. Nous partons en taxi à 9h du bureau (sachant que je suis arrivée à 7h car nous sommes venus en taxi et que nous craignions d’être en retard… C’t’échec. Bref, nous prenons le taxi pour relier le sud de Jakarta. Il nous a fallu environ 1h pour faire un trajet qui, dans une ville normale, nous aurait pris 20 minutes. Jerry est adorable avec moi. Elle m’explique pleins de trucs. D’ailleurs, maman, je suis heureuse de te dire que j’ai trouvé un moyen de me faire de l’argent de poche. En passant sur une grande avenue, Jerry me montre beaucoup de personnes sur le bord de la route. Elle m’explique: « voici des yoki, pour emprunter cette grande artère, la municipalité a décidé de demander aux automobilistes d’avoir au moins deux passagers, soit 3 personnes, sans quoi ils sont pénalisés. Par conséquent, tu peux payer les services d’un yoki, en gros, c’est un passager question de ne pas avoir à payer l’amende. » Et elle rajoute malicieusement: » L’Indonésie possède des moyens très uniques afin de se faire de l’argent ».

Et puis au bout d’une grosse heure de galère, nous voilà au bureau. Elle me dit: « On a vraiment de la chance, habituellement, le bureau ouvre à 11h, puis à 12h, c’est la pause, qui dure jusqu’à 14h, voire 15h, et aujourd’hui, il est 10h et 4 comptoirs sont ouverts! » Le but ici est de faire valider les documents d’un dossier d’investissement. On a alors besoin de toutes les pièces justificatrices comme les documents d’identité, le projet, les documents du notaire, afin que le dossier soit accepté. Nous avons pris un ticket pour faire la queue. Mais les Indonésiens ont une notion de l’attente assez ennuyeuse. En effet, bon nombre ne prennent pas de ticket et s’imposent au guichet pour aller plus vite. Jerry soupire. C’est comme ça partout et pour tout. Nous devons attendre 11h30 avant de pouvoir passer enfin, tout cela pour que notre dossier soit rejeté car il manquerait une pièce du notaire. Le problème, c’est que le notaire est à l’autre bout de la ville. Coup de fil au boss. Il faut attendre 2h et la réouverture des comptoirs afin d’en demander plus et de voir si l’on ne peut pas faire passer le dossier. Nous allons manger et nous parlons des offices gouvernementaux: je demande à Jerry: « C’est moi ou alors il n’y a pas d’Indonésiens d’origine chinoise ici? » « Tu sais, le gouvernement ne recrute pas d’Indonésien d’origine chinoise » « Ah, mais ça me parait un brin discriminatoire, vous n’avez pas des examens d’entrée? » « Non, et franchement, quand on peut faire autre chose, pourquoi s’en priver? Les boulots de l’administration et du gouvernement sont sals, le système est très corrompu, et les gens ne gagnent pas bien leur vie. Des fois je me dis que je préfèrerais que tout cela soit entièrement privatisé ». En bonne Française Colbertiste que je suis, je me dois de défendre l’administration, du moins dans l’idée, d’en expliquer un peu le fonctionnement à Jerry. « Tu sais, en France, l’Administration jouit d’un statut assez privilégié, les salaires sont assez bons, les possibilités de licenciement assez minimes, et on a décidé de recourir aux concours d’entrée et de former les gens dans des écoles spécialisées ». Jerry a du mal à comprendre le concept. Elle m’explique alors: « Tu sais, concrètement, il y a un autre office chargé du même boulot que les comptoirs d’en bas, mais c’est lorsque les gens veulent allonger l’argent pour que tout le processus se déroule plus rapidement…Parfois, les clients nous demandent d’y avoir recours, et nous leur répondons que nous ne souhaitons pas le faire. En Indonésie, dès que tu as de l’argent, tu peux aller jusqu’à demander à la police de te bloquer une rue pour ne pas avoir à subir les embouteillages ».

Lugubre Indonésie, des fois tu fais rêver et des fois, tu donnes froid dans le dos. Au final, il est deux heures, et Jerry doit se rendre au nord chez le notaire avec l’actionnaire principal pour signer des papiers. Je rentre quant à moi en taxi au Cabinet, après une expérience forte intéressante.

Rappelons les faits: il aura fallu à Jerry environ douze heures pour aller au bureau, attendre, se faire refouler, attendre, se refaire refouler, aller chez le notaire et revenir, et le lendemain Jerry rentrera à 16h du bureau, car il lui aura fallu plus de deux heures à cause des bouchons pour aller au bureau, que les offices sont alors fermées, qu’il lui faut attendre deux heures de plus. Bref, pour un dossier, il aura fallu 2 jours à Jerry, 2 jours où Ivor n’est pas là et où Hélène croule sous le travail. Vraiment, si l’on calcule le coût de ce système, c’est juste hallicunant!

Publicités

Une réflexion sur “Brève corrompue

  1. Je m’insurge !!! Les salaires dans la fonction publique française ne sont pas si bons que ça !! Ils sont même réputés inférieurs à ceux du secteur public (j’ai pu vérifier, et je confirme!). Dans la fonction publique d’état, les salaires sont sans doute très honnêtes, mais dans la fonction publique hospitalière, ou territoriale, c’est loin d’être le cas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s